KERIGNARD, Sophie. "Les femmes, les mal entendues du discours libertaire ? : de la fin du dix-neuvième siècle à la Grande guerre"

PROUDHON, Pierre-Joseph (1809-1865)BAKUNIN, Mihail Aleksandrovič (1814-1876)MICHEL, Louise (1830-1905)STIRNER, Max (Bayreuth, 1806/10/25 - Berlin, 1806/06/25). Pseud. de Johann Caspar SCHMIDTCommunication. DiscoursBibliographiePETIT, GabrielleKERIGNARD, Sophie

Thèse de doctorat : Histoire : Paris 8 ; sous la dir. de Michèle Riot-Sarcey. 4 vol. (722 f.) : ill. [S.l.] : [s.n.], 2004. Notes, Bibliogr. et sources f. 611-709. Index

Résumé de l’auteure

Le discours anarchiste sur les femmes, de 1880 à 1914, est d’abord analysé avec trois théoriciens : Pierre-Joseph Proudhon, Max Stirner et Michel Bakounine. Deux événements historiques influencent aussi les libertaires : le mouvement nihiliste russe et la Commune de Paris. Ils s’inscrivent alors entre tradition et protection envers les femmes. Ils développent un discours sur les rôles et la place des femmes au sein de la cellule familiale en s’appuyant sur un mythe du matriarcat et en produisant notamment une propagande néo-malthusienne. Les libertaires amorcent aussi une réflexion contradictoire sur l’amour libre, comme l’illustrent les milieux libres et plusieurs couples. Les relations entre le féminisme et l’anarchisme sont enfin étudiées. Deux tendances anarchistes se dégagent : le féminisme libertaire et l’anarcha-féminisme, qu’illustrent Louise Michel, importante figure du mouvement libertaire, et Gabrielle Petit, militante féministe et révolutionnaire

Un exemplaire à la Bibliothèque de l’Université Paris-VIII-Vincennes