BERTHIER, René.- « L’anarchisme dans le miroir de Maximilien Rubel. »

MARX, Karl (1818-1883)RUBEL, MaximilienPolitique. Anticommunisme BERTHIER, René (Shanghai, Chine 7/12/1946 - )

in Anticommunisme et anarchisme (2000), pp. 18-38.
Éditions du Monde libertaire - Paris
Éditions Alternative Libertaire - Bruxelles

L’évolution de la pensée critique de Maximilien Rubel le porta à formuler l’hypothèse que Marx fut un théoricien de l’anarchisme.On imagine aisément que si l’idée n’a pas soulevé l’enthousiasme chez les marxistes, elle n’en pas soulevé non plus chez les anarchistes. C’est que les oppositions entre Marx et les anarchistes de son temps furent telles que si on accepte l’idée d’un Marx théoricien de l’anarchisme, on est forcé de rejeter du « panthéon » anarchiste tous les autres, ce qui évidemment simplifie le débat... en le rendant inutile.

Cette idée pose en outre un autre problème : le « créneau » des théoriciens anarchistes est déjà largement occupé par des hommes, contemporains de Marx pour certains d’entre eux, qui n’avaient évidemment jamais envisagé une telle hypothèse, et dont on peut dire, sans trop se compromettre, qu’ils l’auraient écarté vigoureusement. Maximilien Rubel est donc dans l’inconfortable situation de celui qui se trouve seul contre tous. Pire, il met Marx lui-même dans cette inconfortable position, dans la mesure où, ayant lutté toute sa vie contre les anarchistes — Proudhon et Bakounine, principalement — l’auteur du Capitalse trouve investi d’une dénomination que lui-même,ses adversaireset ses partisansauraient récusée, mais dont Rubel se propose de montrer qu’elle était justifiée. in Anticommunisme et anarchisme (2000),
Éditions du Monde libertaire - Paris ; Éditions Alternative Libertaire - Bruxelles pp. 18-38.

Version électronique