Une polémique libertaire : Déterminisme et Volontarisme.- Présentation

Traduit de l’espagnol par Irène Pereira

FAURE, Sébastien (1858-1942)ARMAND, E (pseud. de Ernest-Lucien JUIN). (1872-1962)FLORES MAGÓN, Ricardo (1873-1922)MAKHNO, Nestor Ivanovitch (1889-1934) et le mouvement makhnovistePhilosophie. DéterminismePEREIRA, Irène (1975-…)LOPEZ, ChantalCORTES, OmarCANO Ruiz, BenjaminPhilosophie. Volontarisme

Présentation de Chantal Lopez et Omar Cortes

Introduction

Première intervention de Benjamin Cano Ruiz

Première intervention de Jose Peiratz

Présentation de Chantal Lopez et Omar Cortes

Les écrits que nous présentons ici, dûs à Benjamin Cano Ruiz et José Peirats, sont ceux d’une amicale polémique libertaire sur le thème du « déterminisme et du volontarisme ».

Datée du milieu des années cinquante, cette polémique a fortement marqué les milieux libertaires de langue espagnole de cette époque à tel point que nombreux furent les libertaires et leurs sympathisants qui tentèrent avec ardeur d’y participer, sans y parvenir.

Le thème, toujours présent dans les milieux libertaires, trouvait un éclairage particulier en ces années vécues dans une réalité non prévue par les théoriciens libertaires : un monde dans lequel les alternatives anarchistes semblaient dépassées.

Cette époque, certainement de désespoir pour les libertaires, requerrait de grandes doses de sérum volontariste avec pour objectif de tenter que l’esprit libertaire ne succombe pas devant une situation peu favorable à son développement.

Nous avons eu l’occasion de connaître l’un des deux polémistes, Benjamin Cano Ruiz, âme de la revue Terre et Liberté qui fut publiée pendant plus de quarante ans de manière ininterrompue au Mexique. C’est précisément en souvenir de sa mémoire que nous avons décidé de réaliser cette édition numérique.

Nous avons eu l’occasion de connaître Benjamin Cano Ruiz dans le cadre de notre travail éditorial aux Editions Antorcha [1], c’est en suivant ses pas que nous avons réalisé la première édition de A quoi sert l’autorité ? Et autres contes de Ricardo Flores Magon.

Né en Espagne en 1908, ayant participé à la conférence de Valence en 1927, Benjamin Cano Ruiz fut un des membres fondateurs de la Fédération Anarchiste Ibérique. Durant une partie de sa jeunesse, il vécut à Paris où il fréquenta les milieux libertaires, rencontrant, entre autres, Sébastien Faure, Nestor Makhno et E.Armand. En Espagne, il fut un grand rationaliste et durant la guerre d’Espagne, il fut Secrétaire des jeunesses libertaires catalanes, ainsi qu’éditeur de Ruta [2] et porte-parole de cette organisation. Il lui est aussi échu l’honneur d’être le dernier éditeur du quotidien Solidarité Ouvrière.

Plus tard, au début de la défaite militaire républicaine, il s’est exilé au Mexique où il finit par s’établir comme imprimeur.

Au Mexique, avec le groupe de Terre et Liberté, dont comme nous l’avons signalé, il devint le principal artisan, il réalisa un très important travail dédié à l’anarchisme ibérique, en faisant de ce groupe le noyau dur des militants libertaires espagnols dispersés de par le monde.

Ce fut aussi Benjamin Cano Ruiz qui fut l’un des plus important promoteurs d’un projet qui avait pour objectif d’actualiser L’Encyclopédie Anarchiste réalisée par le passé par Sébastien Faure. Malheureusement, ce projet est resté inachevé puisqu’on n’a réussi à éditer que deux tomes de cette Encyclopédie.

En 1988, Benjamin Cano Ruiz est mort à Mexico, et maintenant, quatorze ans après sa mort, nous nous engageons pour publier en sa mémoire cette polémique qui, nous le rappelons, avait causé en son temps, une certaine agitation dans les milieux libertaires de langue espagnole.

Chantal Lopez et Omar Cortes.

Suite : Introduction

Première intervention de Benjamin Cano Ruiz

Première intervention de Jose Peiratz

[1Ce qui pourrait être traduit par Les éditions Le Flambeau. (N.D.T.)

[2Ce qui peut être traduit par La route. (N.D.T.)